Shine - Quel bilan pour le jour du freelancing ?

Mis à jour : janv. 30

Il y a un peu moins d’un an, au beau milieu de l’aventure Going Freelance, j’étais de passage chez Shine pour découvrir une mesure qu’ils venaient de mettre en place : le jour de freelancing par mois. Autoriser ses salariés à travailler une journée par mois en freelance : une première en France qui a depuis été suivie par d’autres entreprises.


Ce mois-ci je suis retourné les voir pour dresser un premier bilan.

La team Shine !

Comme nous pouvons nous en douter, la mesure a été accueillie très favorablement par les employés. Pour ceux qui travaillaient déjà en freelance sur leur temps libre, cela leur a permis de disposer d’une journée de plus et surtout d’officialiser cette double activité.


Pour Cédric, développeur web, le jour de freelancing a été vécu comme une opportunité pour tester de nouvelles choses. Lui qui n’avait encore jamais travaillé en freelance a sauté sur l’occasion lorsqu’un ami lui a proposé une mission. Il a aussi utilisé une autre de ces journées en mettant à profit ses talents de photographe, pour aider une amie qui lançait une marque de montres en ligne.


Il apprécie beaucoup le fait que Shine encourage le freelancing ou tout autre projet personnel, ça permet de prendre du temps pour soi même en semaine. Même s’il n’utilise pas tous les jours de freelancing auxquels il a le droit, il aime surtout le fait de savoir qu’il est libre de le faire, c’est un vrai plus qui est totalement en cohérence avec la culture de l’entreprise. Maintenant qu’il a connu une telle liberté, il serait difficile pour lui de s’en passer.


Même son de cloche pour Estelle, lorsque Shine a annoncé le début du jour du freelancing, elle a eu des dizaines d’idées sur la façon dont elle pourrait utiliser ce temps. Pour autant, elle est loin d’avoir utilisé toutes ses journées mais savoure le fait de pouvoir prendre du temps pour un projet qui lui tient à cœur, hors de l’entreprise. Dernièrement, elle a été sollicitée par l’IUT Paris Descartes pour donner un cours sur son métier, un atelier sur l’écriture. Sans ce jour du freelancing, elle n’aurait jamais eu l’idée d’aller vers une telle proposition, elle a adoré prendre du recul sur son métier en s’interrogeant sur ses pratiques à travers le prisme de l’enseignement.


Pour Estelle, cette mesure officialise les valeurs de l’entreprise qui transparaissent dans son fonctionnement quotidien.


Cédric et Estelle sont tous les deux prêts à poursuivre ces journées de freelancing et sont à l’écoute des opportunités. Pour Cédric, ce n’est pas l’argent qui le motiverait à sélectionner une mission plutôt qu’une autre mais une mission intéressante qui lui change de ce à quoi il est habitué chez Shine. Il choisirait principalement des missions hors du secteur bancaire qui lui permettraient de s’ouvrir sur d’autres sujets.


Cette journée du freelancing est également un moyen de comprendre les utilisateurs. Les clients de Shine étant des freelances, en se mettant dans leur peaux, les employés sont mieux en mesure de comprendre leurs besoins, et donc d’y répondre.


Cette mesure n’est pas sortie de nulle part, elle s’inscrit dans une série d’innovations managériales. Le télétravail est autorisé et même encouragé, la politique de rémunération est totalement transparente et surtout la startup offre un congé second parent à l’intégralité des employés !


En plus de cela, Shine est une entreprise engagée avec plein de petits gestes du quotidien pour limiter l’impact environnemental : pas de déplacement en avion pour les séminaires, politique incitative pour l’usage du vélo et pour l’utilisation de boîtes réutilisables … Ils viennent de faire leur bilan carbone.


C’est une entreprise que j’admire beaucoup et dont je suis client depuis le lancement. Je ne peux que vous recommander d’aller jeter un oeil à ce qu’ils font. Si vous vous inscrivez via ce lien, vous bénéficiez même de deux mois gratuits.


Depuis le lancement de ce jour du freelancing, d’autres entreprises leur ont emboîté le pas et je sais que le sujet est en discussion chez plusieurs startups parisiennes.



396 vues
logo-LinkedIn.png
Twitter_Bird.svg.png