L’importance de la formation en tant que freelance

Pris dans le quotidien de son activité, il est malheureusement facile pour un freelance de se laisser emporter par les tâches opérationnelles et ne plus avoir de temps à consacrer au développement de ses compétences.

Pourtant, en tant qu’indépendant la formation est essentielle


Pourquoi se former ?


Les freelances sont constamment en compétition : à la fin de chaque mission ils doivent à nouveau se confronter au marché pour en trouver une nouvelle. Au fur et à mesure du développement des dizaines de plateformes, le marché se fluidifie et s’internationalise, il devient de plus en plus difficile de tirer son épingle du jeu.

La formation tant sur des compétences techniques que dans le développement de soft-skills apparaît comme essentielle pour réussir.


Les métiers évoluent très vite, de nouveaux outils, de nouvelles règles, de nouvelles compétences sont inventés en permanence rendant les anciennes obsolètes. Les développeurs doivent maîtriser de nouveaux langages, les marketeux doivent suivre l’évolution des algorithmes, et les producteurs vidéos doivent maîtriser les nouvelles caméras et matériels. Andre, directeur de photographie en freelance rencontré à Chicago nous a confié changer son matériel au minimum tous les deux ans pour pouvoir répondre aux demandes de ses clients.


Les entreprises font appel aux freelances lorsqu’elles ne disposent pas de compétences dans leur effectif de permanent, pour augmenter la flexibilité de leur main d’oeuvre. Le freelance leur apporte une solution, il est celui qui doit maîtriser les dernières compétences existantes dans son métier pour pouvoir répondre aux besoins des clients qui, eux, souhaitent bénéficier des meilleurs outils et techniques.


Se former est également une manière de se démarquer par rapport au reste du marché, se former pour se spécialiser permet de se positionner dans une niche et ainsi s’extirper de la concurrence. Nous avions rencontré Dave à Chicago, il est freelance en référencement de produit sur eBay. Alors qu’au départ il vendait simplement des objets sur eBay en side-project, il a énormément lu sur le sujet, a beaucoup appris sur l’algorithme d’eBay pour finalement devenir un des meilleurs au monde dans sa niche. Si aujourd’hui il est recommandé à 100% par plus d’une centaine de clients, il nous confie que son succès repose principalement sur le temps qu’il a passé à se former en parallèle de ses premières missions.


Au-delà des compétences techniques, le freelance étant une entreprise à lui tout seul, il doit être capable de gérer tous les aspects de son activité : la gestion administrative, juridique, comptable, la prospection, la gestion de son temps, la négociation. Un ensemble de casquettes et de compétences dignes d’un entrepreneur qui ne sont pas forcément innées et qui peuvent se développer au fil de l’expérience et à travers des formations. Pour éviter de se laisser submerger, il est préférable d’adopter de bons outils et des habitudes de gestions efficaces.


Enfin, la formation est un des aspects les plus importants pour accompagner les travailleurs de la gig economy et leur permettre d'évoluer. En se formant ils envisagent le long terme, se donnent la possibilité de refuser des missions qui ne leur correspondent pas et accèdent à de nouveaux projets plus rémunérateurs et plus intéressants.


Avec la protection sociale, la formation des travailleurs de la gig economy sera certainement au cœur des débats sur le freelancing dans les années à venir, un enjeu qu’a bien cerné OpenClassrooms. Ils ont développé grâce à une bourse de 1 million d’euros accordé par Google le programme Level Up pour former gratuitement les travailleurs des plateformes de la gig economy.



Comment se former ?


Plusieurs solutions existent pour se former, il y a d’abord de nombreux programmes en ligne tant pour des compétences techniques que pour développer une activité de freelance, puis des événements, souvent organisés dans des espaces de coworking. Il ne faut pas oublier le travail qui peut être réalisé avec un coach ou encore la puissance du réseau. Beaucoup de freelances rencontrés ont vu leur activité décoller à partir du moment où ils ont commencé à échanger avec d’autres freelances, à s’inspirer de freelances plus qualifiés, ou encore ont trouvé un mentor.


Des programmes dédiés aux freelances ont vu le jour, deux d’entre eux nous ont beaucoup plus.


Nous avons rencontré Thomas Burbidge dans le magnifique espace de coworking la Montgolfière à Paris, il est le co-fondateur du programme SURF EN FREELANCE, un programme d’accompagnement global des freelances sur trois mois qui combine formation en ligne et coaching en face à face. La formation est intéressante car elle débute par un travail de connaissance de soi, de compréhension de ses besoins, de son environnement, la définition de son mode de vie idéal. Elle permet ensuite aux freelances de construire leur offre, leur positionnement, de définir leurs clients puis d’aller plus loin en automatisant des tâches, en adoptant de bonnes habitudes.


J’ai particulièrement aimé le projet car les motivations à l’origine de sa création sont bonnes. Thomas s’est lancé dans son activité de freelance en rêvant de liberté et s’est rendu compte au bout de quelques mois qu’il s’était tellement éloigné de son idéal qu’il ne profitait pas de cette vie d’indépendant. Il résume très bien cette période par la phrase “Je travaillais 80 heures pour éviter d’en faire 35”. A partir de cette prise de conscience il a construit son activité sur de bonnes bases et aide aujourd’hui les freelances à en faire autant.


Lors de notre étape parisienne nous avons également rencontré Nicolas Rietsch, fondateur de KLEVR. Après plusieurs années à exercer en tant que consultant indépendant, Nicolas et les experts de KLEVR ont fait la liste de toutes les erreurs commises au démarrage de leur activité puis ils ont designé les outils pour gagner du temps et éviter à d’autres de les reproduire.

Si l’on considère que les consultants accompagnés courent un marathon, KLEVR leur fournit la meilleure paire de baskets, la meilleure montre connectée et le meilleur entraînement hebdomadaire. En quelques semaines, le client a accès aux formations, à l’équipement, au coaching et sa motivation s'accroît considérablement.

Ils organisent des confrontations au cours desquelles ils challengent l’indépendant pour lui permettre de vérifier qu’il est prêt à se mesurer au marché. Une façon de faire des erreurs dans un cadre bienveillant et de gagner du temps.


Le rôle de KLEVR est aussi d'insuffler de l’énergie à l’indépendant en l’incitant à aller plus loin, à se motiver, ce qui est parfois difficile quand l’on travaille seul.

Quelques exemples de cours dispensés : Définir son offre de service, savoir se vendre, gagner en visibilité, mieux négocier, définir son TJM, optimiser son temps de travail …

137 vues
logo-LinkedIn.png
Twitter_Bird.svg.png