BESPOKE : De l'espace de coworking à la communauté

Mis à jour : 4 nov. 2019


Les espaces de coworking ont le vent en poupe et ce n’est pas la ville de San Francisco qui va nous faire dire le contraire, il s’en trouve à chaque coin de rue. 455 espaces pour être précis, sont répartis dans la ville.

Dans ce contexte, comment tirer son épingle du jeu ? Comment se différencier avec autant de concurrents en bas de chez soi ? Nous avons pris le pouls de la situation chez Bespoke à travers l’expérience d’Omar.



L’échange était très intéressant grâce au community builder, qui nous a expliqué les manières de faire face aux différents défis : attirer des membres, construire une communauté engagée et s’adapter aux changements.


Être au cœur de la ville


Bespoke SF est un espace de coworking dans le centre de San Francisco, situé au sein du centre commercial de Westfield, il est au cœur de l’activité économique et peut créer des liens avec les boutiques du centre. Régulièrement, ils organisent des pop-up stores avec certaines marques. Un système win-win qui permet de mettre en avant des boutiques auprès des membres tout en faisant la renommée de Bespoke.


L’espace est également doté d’une salle pour organiser des événements de plus de 1000 personnes, les participants découvrent dans le même temps l’espace de coworking situé juste en face. Une façon d’attirer des équipes de grandes entreprises au sein de Bespoke.


Dans un lieu d’exception


Les espaces eux-mêmes sont conçus pour créer des liens, des grandes tables, des salons aménagés avec des canapés confortables, une grande cuisine très bien équipée et plusieurs salles de conférences pouvant accueillir de 6 à 50 personnes, sont à disposition des membres.






Les locaux sont accessibles 24/7 et les animaux de compagnie sont autorisés!

Une salle est même réservée à la sieste pour ceux qui voudraient se détendre entre deux sessions de travail et un mur d’escalade orne l’une des façades de l’espace pour ceux qui préféreraient se défouler.




Plus qu’un espace de travail : la création d’une communauté


Le recrutement


Afin de maintenir une communauté unie dans l’espace de travail, il faut parfois refuser des personnes qui ne seraient pas en accord avec l’ambiance de Bespoke. “C’est une discussion parfois difficile à avoir mais elle est nécessaire pour garder un espace de qualité”. Omar réalise cette sélection simplement au feeling et en fonction des objectifs exprimés lors de la visite de l’espace. Il estime que c’est la meilleure chose à faire tant pour la communauté que pour les personnes qu’il réoriente vers d’autres lieux qui conviendraient mieux à leurs objectifs.


Le rôle du community builder


Chaque gérant d’espace de coworking aimerait que les interactions se fassent naturellement entre les membres, pourtant ce n’est pas parce que l’on travaille dans la même pièce, sur la même table que l’on va forcément interagir avec son voisin. Nous avons étudié les mécanismes mis en place chez Bespoke pour faciliter la création de liens.


Après avoir travaillé pour une start up dans les ressources humaines, Omar est devenu community builder au sein de Bespoke.

Pour se différencier, avec le nombre d’espaces de coworking dans la ville, c’est l’aspect communautaire qui prime. Omar met un point d’honneur à connaître personnellement chacun des 200 membres inscrits, quotidiennement entre 100 à 150 personnes viennent travailler et le community builder passe la journée à échanger avec celles-ci pour satisfaire leurs besoins, créer des événements à la hauteur de leurs attentes et surtout créer des liens entre les différents membres de la communauté.



La plupart des espaces de coworking organisent des meet up, des happy hours, des formations et Bespoke n’est pas une exception. Ils parviennent à rassembler une soixantaine de personnes à chacun de ces moments conviviaux.


C’est quelque chose de nécessaire mais loin d’être suffisant, le plus important est de créer un environnement qui soit propice à la prise d’initiative communautaire selon Omar. “Il faut que chacun se sente à l’aise pour créer ses propres événements en fonction de ses besoins” dit Omar. Ainsi n’importe quel membre est encouragé à organiser ses propres événements au sein de l’espace, gratuitement pour les autres membres de la communauté !


Générer des interactions au sein de l’espace fait partie de son ADN, c’est ce qui le pousse à se lever chaque matin et à nous accueillir avec autant de bienveillance le temps d’une après-midi, c’est véritablement quelque chose qui se ressent quand on le rencontre, on se sent tout de suite à l’aise.


Les freelances chez Bespoke :


Plus de la moitié des membres de l’espace sont étrangers et 15% sont freelances, Omar nous a raconté plusieurs histoires de freelances qui ont trouvé des clients, des projets au sein de l’espace au détour d’une conversation informelle avec d’autres membres et c’est ce qui fait la force de Bespoke, plus qu’un espace de travail il s’agit d’une véritable communauté bienveillante qui collabore à la moindre occasion.


Selon lui les collaborations fonctionnent toujours mieux quand il existe une véritable relation de confiance entre le freelance et le client et cette relation de confiance se crée grâce à la communauté. Bespoke permet d’effectuer la mise en relation et devient un gage de pérennité de la collaboration.


Quand nous avons évoqué le terme de freelance, Omar nous a immédiatement parlé des nombreux travailleurs très qualifiés qui, après avoir été employés quelques temps pour les grandes entreprises de la baie, se lancent en freelance et évoluent sur une multitude de projets. Ils se rendent de plus en plus dans les espaces de coworking ces dernières années et la tendance semble toujours à la hausse.


Bespoke l’a bien compris et fait partie d’un collectif d’espaces de coworking, ils sont accessibles depuis l’application “Croissant” qui est plébiscitée parmi les freelances, elle leur permet de réserver une place dans un espace de coworking n’importe où dans la ville en fonction de l’affluence dans chacun des espaces, le système de facturation à l’heure est très pratique pour ces travailleurs mobiles qui ne travaillent que rarement dans un lieu unique.


Notre ressenti après cette visite :


Si nous ne devions retenir qu’un point de cette visite : c’est l’humain qui prime.

Le rôle de l’animateur est essentiel dans un tel espace, Omar sait insuffler une excellente ambiance de camaraderie entre les membres et c’est ce qui fait toute la différence entre un simple espace de travail et un cowork qui se construit en tant que communauté.

Si les community builder ne sont que 3 pour gérer 200 membres, ils ne manquent pas d’énergie pour être à la hauteur du challenge.



logo-LinkedIn.png
Twitter_Bird.svg.png